Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Villes nouvelles françaises 2001-2005

Val de Reuil

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 novembre 2011

  Présentation générale de la ville nouvelle de val de reuil (ex Le Vaudreuil)

  1. Fiche d’identité de la ville nouvelle de Val de Reuil

  • Distance de la ville métropole la plus proche : 20 km d’EVREUX, 25 km de ROUEN, 100 km de Paris
  • Liaisons ferroviaires : Ligne SNCF PARIS-ST LAZARE
  • Nombre de gares en ville nouvelle : 1 gare
  • Liaisons routières : A 13 :autoroutes de l’ouest par le pont de St Cloud ; RN 15, PARIS - ROUEN
  • Nombre de communes : 1
  • Département : Eure (27)
  • Superficie totale : 3 100 ha (longueur et largeur moyennes 9,5 et 4,5 km)
  • Superficie d’espaces verts : nc
  • Autorisations de construire : Industries (shon) : nc Bureaux (shon) : nc Logements (nombre) :nc (Total cumulé de 1975 à 1996 source d’après Siclone)
  • Nombre d’entreprises au 01/01/2000 : nc
  • Evolution de la population
1968 1975 1982 1990 1999
398 378 4400 11359 13245

(d’après Insee-RGP 1999)

  • Evolution du nombre de logements
1968 1975 1982 1990 1999
167 147 2137 4277 4534

(d’après Insee-RGP 1999)

  • Evolution du nombre d’emplois
1968 1975 1982 1990 1999*
- - - - -

(d’après Insee-RGP 1999) ; * (estimation)


  2. La ville nouvelle aujourd’hui

   2.1. Présentation

De toutes les Villes Nouvelles, celle du Vaudreuil fut pratiquement la seule à avoir été créée de toutes pièces...

Créée en 1975 entre Seine et Eure, rebaptisée Val de Reuil en 1985, la cité rolivaloise, maintenant quatrième ville du département a conquis en vingt ans son autonomie démographique, économique, budgétaire et politique.

Comptant aujourd’hui 13 796 habitants sur les 40 000 habitants de son bassin de population, Val de Reuil, la plus jeune ville de France, cultivant sa modernité, a apporté un souffle nouveau dans le pays tranquille de la Basse vallée de la Seine.

Par son rayonnement économique, culturel et sportif, elle est devenue l’un des principaux moteurs de la modernisation et de la croissance de ce bassin, justifiant le choix d’aménagement initial des décideurs nationaux.

Le développement économique est, avec l’aménagement du territoire, le premier objectif de la Communauté de communes Seine-Eure, créée en 1996 par les villes de Louviers, Val de Reuil et Incarville. La SEM Sodevil, commercialisant les parcs d’activités, est constituée. Trois ans plus tard, 31 hectares ont été vendus à 22 entreprises ; 28 000 m2 de locaux ont été vendus à 40 entreprises. Avec 18 000 emplois et 40% des emplois haut-normands du secteur de l’industrie pharmaceutique, le territoire de la communauté Seine-Eure est le premier pôle d’appui de l’agglomération rouennaise.

Val de Reuil accueille, sur ses 7 parcs d’activités, des entreprises de pointe à fort potentiel de développement :

- La commune proposant l’offre la plus importante de Haute-Normandie en terrains aménagés diversifiés.

- Elle développe un pôle d’excellence régional dans les domaines de la pharmacie, de l’imagerie, de l’électronique, de l’informatique et de l’optique.

- L’industrie pharmaceutique est l’activité leader de la commune, dans une région qui se place au second rang national dans ce secteur. 60% des emplois de la région dans ce domaine d’activités sont concentrés à Val de Reuil.

Décomposition des emplois offerts

 

Secteur Val de Reuil Haute-Normandie
Agriculture 0,1 % 4,6 %
Industries 39,3 % 28,5 %
Construction 5,6 % 7,4 %
Services marchands 29,5 % 41,7 %
Services non marchands 25,4 % 17,8 %

   2.2. Val de Reuil, une cité contemporaine

   2.2.1. A la pointe des technologies...

Val de Reuil accueille, sur 7 parcs d’activités, des entreprises de pointe à fort potentiel de développement.

Elle excelle dans les domaines de la pharmacie, de l’imagerie, de l’électronique, de l’informatique et de l’optique.

L’industrie pharmaceutique est l’activité leader de la commune

   2.2.2. Style de ville , style de vie…

Val de Reuil n’a rien d’une ville typique de la Normandie traditionnelle. Son plan de ville à l’américaine, ses parcs d’entreprises paysagés modèles, son centre-ville au nom étrange de “germe de ville” et sa chaussée piétonne surélevée sont autant de caractéristiques originales.

Autour du centre-ville où se concentre l’essentiel des logements collectifs, les quartiers résidentiels périphériques accueillent les deux tiers des rolivalois en maison individuelle.

Les espaces verts et la végétation sont omniprésents et contribuent à l’agrément de cette ville à la campagne. Des falaises crayeuses de Connelles à l’Est à la forêt domaniale de Bord à l’Ouest, le capital nature est activement plébiscité par les habitants de la commune et des cantons voisins. Ce cadre naturel d’exception est propice aux loisirs et aux sports de plein air. Plus de 50 activités sportives y sont pratiquées, depuis la randonnée, le VTT ou le golf, jusqu’à la plongée sous-marine, l’ULM ou le ski nautique...

   2.2.3. Action pour la jeunesse…

C’ est une priorité naturelle à Val de Reuil, 40% des rolivalois ayant moins de vingt ans.

En matière d’équipements, Val de Reuil compte :

- 120 places de crèches

- 4 centres de loisirs pour les 3-15 ans et une ludothèque

- 7 groupes scolaires de quartiers :

- 3 collèges (dont un au Vaudreuil) de 600 élèves

- 1 lycée.

- une structure pour les plus de 15 ans...

- 160 000 m2 d’équipements sportifs municipaux extérieurs et intérieurs, ouverts 7 jours sur 7 ; ils reçoivent 250 000 personnes/an, 45 associations sportives, les scolaires et les entreprises qui le souhaitent.

- Relais de la politique culturelle de la ville, le Centre culturel des Chalands privilégie le jeune public, par une programmation et une politique de prix adaptés :

A la fois music-hall, théâtre, salle de concerts, espace de répétitions pour les troupes locales, ce lieu de pratiques multiculturelles est ouvert plus de 300 jours par an.

En maternelle, la priorité accordée à l’éducation se traduit par la mise à disposition d’une assistante maternelle pour chaque classe.

En primaire : L’aménagement du temps de l’enfant, les échanges inter-scolaires avec les villes jumelles de Val de Reuil, ou encore les classes de découverte sont proposés à tous les enfants.

Les activités proposées tout au long de l’année, sont encadrées par 50 animateurs qualifiés.

En secondaire : Les plus grands peuvent effectuer sur place la totalité de leur scolarité.

Le Conseil Municipal des Jeunes, Formateur de futurs citoyens, fonctionne depuis 1986 : Les actions impulsées par ses 21 jeunes conseillers, élus par leurs pairs pour trois ans, sont l’occasion d’un apprentissage grandeur nature de la citoyenneté pour tous... petits et grands

   2.2.4. Une vie associative intense…

L’on recense plus de 150 associations d’adultes à vocation culturelle, sociale ou sportive. Par leur nombre et leur dynamisme, elles sont un pilier de l’animation et de la vie locale.

Fêtes et festivals s’enracinent dans la culture originale de la ville et de ses habitants :

Le Printemps des P’tits Loups, la Région en Scène, les Rendez-vous du XXIème siècle, la Ville en Fête, un Eté au Ciné ou l’Opéra Urbain... Théâtres, cinémas, école de musique et compagnie de danse de renom contribuent à l’activité culturelle intense de la cité.

   2.3. Des objectifs structurants pour l’avenir : l’intercommunalité

A court terme les priorités de Val-de-Reuil visent à :

- restructurer son centre urbain

- diversifier l’offre d’habitat social

Dans le cadre de la communauté de communes, du bassin d’emploi, ou de l’agglomération bi-polaire Louviers-Val de Reuil, Val-de-Reuil veillera à mettre en synergie des contrats communaux pour des stratégies intercommunales visant à :

- bâtir un projet urbain

- développer la gestion intercommunale du logement

- développer la mixité sociale.

- développer la sécurité et prévenir la délinquance.

- structurer une politique de l’enfance

- développer l’insertion professionnelle des personnes peu qualifiées

- intensifier les transports collectifs et favoriser la mobilité dans le bassin d’emplois.

Dans le cadre des contrats de ville intercommunaux, Val de Reuil a 6 ans pour accomplir sa mutation et devenir un partenaire régional incontournable.

  3. Chronologie institutionnelle de Val de Reuil

1967

Juillet. Le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire examine le Livre Blanc élaboré par la Mission d’Etudes de la Basse Seine et retient le principe de la création de la Ville Nouvelle du Vaudreuil. Trois objectifs sont fixés :

· accueillir les activités tertiaires de la région parisienne

· décongestionner l’agglomération rouennaise

· réaliser une opération pilote d’urbanisation “intégrée à l’environnement naturel”.

1968

La Mission d’étude et d’aménagement du Vaudreuil, équipe pluridisciplinaire composée d’une trentaine de spécialistes (urbanistes, architectes, ingénieurs, géographes, économistes, sociologues, paysagistes) est chargée d’étudier concrètement les conditions de faisabilité de la ville, et notamment d’un premier lot de 4000 logements dans le “germe de ville”.

1972

Juin. Décret créant l’Etablissement Public d’Aménagement de la Ville Nouvelle du Vaudreuil.

Déc. Création de l’Ensemble Urbain du Vaudreuil.

1977

En mars ont eu lieu des élections municipales. Les habitants de la ville nouvelle sont les seuls français à n’avoir pu élire un conseil municipal. L’inertie des pouvoirs publics qui a conduit à cette impasse provoque la mobilisation des habitants. Ils revendiquent de “devenir des citoyens à part entière” en décidant une grève des impôts locaux ; le produit des impôts est versé sur un compte bloqué de la Caisse des dépôts, dans l’attente de l’issue favorable donnée à leur revendication.

1978

Fév. Première élection de représentants des habitants au conseil de l’Ensemble Urbain (3 sur 12 membres).

1979

Avril. Bernard AMSALEM est le premier habitant élu président du conseil de l’Ensemble Urbain. C’est la première étape significative de l’affranchissement politique des organismes de tutelle, signe fort de la volonté des habitants de prendre en mains eux-mêmes leur destinée.

1981

Avril. Les forces de gauche organisent des élections sauvages, pour “forcer les pouvoirs publics, face à leur “silence” et à leur “oubli”, à précipiter l’organisation d’élections officielles”. 425 électeurs sur 1446 habitants inscrits, exercent par anticipation leur droit de vote et élisent la liste conduite par Bernard Amsalem. Le préfet de l’Eure déclare cette consultation “illégale, mais légitime”.

Déc. Les actions citoyennes des habitants ont porté leurs fruits. Les premières élections municipales légales voient l’élection de la liste d’union de la gauche élue au premier tour :

23 conseillers municipaux élus désignent Bernard AMSALEM comme maire et il s’entoure de trois adjoints. Le nouveau conseil municipal se donne désormais pour programme de “donner une âme à notre ville”. La Dépêche salue “une seconde naissance pour la ville nouvelle”.

“A l’heure où les habitants de la ville nouvelle accèdent pleinement à leurs droits démocratiques, un peuple voit les siens suspendus” : le premier acte du conseil municipal est donc le vote d’une motion “contre la suspension des libertés publiques et l’arrestation des dirigeants syndicaux en Pologne”.

1985

Mai. La Ville Nouvelle du Vaudreuil devient Val de Reuil et fête ses 10 ans. Elle compte déjà 100 associations.

Déc. Dissolution de l’Etablissement Public de la Ville Nouvelle, transfert de l’aménagement de la ville à la commune de Val de Reuil.

1988 –1992

Convention de finition de la ville avec l’État : définition d’une stratégie de développement de la ville par ses élus locaux et création de son logotype.

En 1990, Convention Ville-Habitat, mise en oeuvre de la politique de la ville pour l’aménagement urbain.

1993 –1995

Prolongation de la convention de finition de la ville :

· Juil. 1993, lancement du PACT Urbain, programme de revitalisation industrielle, urbaine et sociale du territoire Val de Seine (agglomération elbeuvienne et Syndicat Intercommunal Val de Seine).

· Déc. 1995, Val de Reuil quitte définitivement le statut de Ville Nouvelle et devient commune de droit commun.

1996-1999

Déc. 1996 Louviers (19 000 hab), Val de Reuil (11 000 hab), Incarville (2 000 hab) se regroupent pour créer la Communauté de communes Seine-Eure, dont les premiers objectifs sont le développement économique et l’aménagement du territoire. La SEM Sodevil, commercialisant les parcs d’activités, est constituée.

2000

Janvier. Avec 18 communes membres et 48 000 habitants, la Communauté Seine-Eure est la seconde agglomération du département, mais aussi son 1er pôle de développement économique.

  4. Chronologie morphologique (évolution de la ville) de Val de Reuil

1973

Mars. Début de l’aménagement du premier parc d’activités paysager de la Fringale,

Juin. Début des travaux de génie civil et pose de la première pierre de la ville... rue Pierre Première.

1974

Aménagement du parc industriel du Vaudreuil-village.

Mise en chantier de la première tranche du Germe de Ville incluant 1300 logements. Livraison du Centre Educatif et Culturel Alphonse Allais.

Ouverture du premier hôtel, le Mercure.

Construction du Foyer des Travailleurs Migrants, pour faire face aux besoins d’hébergement des travailleurs du BTP.

1975

Livraison des premiers logements et de l’école du Pivollet. Arrivée des premiers habitants (421 personnes).

1976

Ouverture du 1er commerce.

Sept. Mise en chantier du centre nautique de la Base de plein air et de loisirs.

Le supermarché Mammouth accueille ses premiers clients, sur 4 000 m2 d’espace commercial. Il sera repris par l’enseigne Atac en 1992.

1977

Mai. Lancement de la seconde tranche du germe de ville.

Juil. 1977 Achèvement de la première tranche du germe de ville.

1978

Inauguration de la gare.

1979

Janv. Ouverture du Centre de Formation des Apprentis.

Juil. Inauguration de la piscine et de la mairie actuelle.

Dès1979 une première tranche de réhabilitation est engagée pour 1300 des 1700 logements construits. Les parents d’élèves manifestent après l’annulation des crédits initialement accordés pour la création du troisième groupe scolaire.

Livraison du premier immeuble de bureaux. L’entreprise Klökner-Möeller effectue son transfert de Paris sur le Parc d’Activités de la Fringale. Matra s’installe.

1981

Inauguration de la Maison de la Communication, médiathèque.

1982

Janv. Inauguration du groupe scolaire les Dominos.

Face à des difficultés de développement, les commerçants s’unissent adressent une lettre au maire demandant que des solutions d’envergure soient trouvées.

1983

Fév. Ouverture du Centre Médico-Social Jacques Monod.

1985

La Délégation Générale à l’Armement met en service son Bassin d’Essai des Carènes. Le centre de recherches hydrodynamiques à vocation militaire et civile verra ses activités confortées : en 1999, les activités de la DGA sont transférées de Paris sur le site où un bassin d’essais de 600 mètres de long, le plus grand d’Europe, est construit.

1986

La station de lavage Hypromat, le salon de coiffure Hairmod, la librairie Solveig et l’agence de tourisme Val Voyages sont ouverts.

1989

Les travaux de construction des laboratoires Valois Pharm débutent, tandis que Janssen Cilag décide de s’implanter à Val de Reuil. Cette décision sera effective en 1991.

1990

Convention Ville-Habitat, mise en oeuvre de la politique de la ville pour l’aménagement urbain :

- La galerie Vivaldi (2 000 m2) est construite au pied de la dalle piétonne, pour améliorer l’attractivité commerciale et accueillir de nouveaux commerces.

- Une seconde tranche de réhabilitation de 40 millions de francs se traduit, rue Grande, par la rénovation des façades et halls d’immeubles, des parkings et du revêtement de la dalle.

Construction du stade d’athlétisme du complexe du Parc des Sports, complété en 1993 par le gymnase du Parc et par la salle de gymnastique en 1998.

1991

Inauguration du Lycée M. Bloch.

1995

Création, par les communes de Val de Reuil et du Vaudreuil, de Pharmaparc, un parc d’entreprises dédié aux fournisseurs de la pharmacie et de la para-pharmacie.