Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Villes nouvelles françaises 2001-2005

Cergy-Pontoise

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 août 2012
Présentation générale

de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise

  1. Fiche d’identité de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise

  • Distance de la ville métropole la plus proche : 30 km au nord ouest de Paris
  • Distance de l’aéroport le plus proche : 30 km de Roissy Charles de Gaulle
  • Liaisons ferroviaires : 2 lignes RER, A et C. SNCF Gare du Nord / Gare Saint-Lazare
  • Nombre de gares en ville nouvelle : 12 gares dont stations 4 stations RER A et 2 stations RER C
  • Liaisons routières : RN 184 vers A16 au nord(Amiens- Calais), au sud vers St Germain-en-laye et Versailles, RN 184 vers A 16
  • Nombre de communes : 11 (Cergy, Courdimanche, Eragny, Jouy-le-Moutier, Menucourt, Neuville-sur-oise, Osny, Pontoise, Puiseux-Pontoise, St-Ouen l’Aumône, Vauréal)
  • Département : Val d’Oise (95)
  • Superficie totale : 7 671 ha (longueur et largeur moyennes 12 et 8 km)
  • Superficie d’espaces verts : environ 2000 ha
  • Autorisations de construire : Industries (shon) : 1.235.620 m² Bureaux (shon) : 980.200 m² Logements (nombre) : 40.450 (Total cumulé de 1975 à 1996 source d’après Siclone)
  • Nombre d’entreprises au 01/01/99 : 3 520 établissements de plus de 1 salarié
  • Evolution de la population
1968 1975 1982 1990 1999
41576 69546 102967 159168 178656

(d’après Insee-RGP 1999)

  • Evolution du nombre de logements
1968 1975 1982 1990 1999
13666 24404 37206 53736 64977

(d’après Insee-RGP 1999)

  • Evolution du nombre d’emplois
1968 1975 1982 1990 1999*
15496 29785 49572 75586 84000

(d’après Insee-RGP 1999) - * (estimation EPIDA)


  2. La ville nouvelle aujourd’hui

   2.1. Présentation

La ville nouvelle de Cergy-Pontoise a plus de 30 ans cette année. Plus précisément, l’établissement public d’aménagement (EPA) a été créé le 16 avril 1969. Couvrant 8 000 hectares répartis sur 11 communes, elle accueille actuellement 178 000 habitants (recensement 1999) pour 41 000 à l’origine.

Elle est installée dans un site géographique remarquable, autour d’une boucle de l’Oise.

Durant ces trois décennies, le parc de logements est passé de 13 700 à 64 000 unités. Ces logements offrent une répartition équilibrée de collectif (54%) et d’individuel, d’accession (54%) et de locatif. Les tendances récentes montrent que la croissance de la population se ralentit, portée par un solde naturel très positif alors que le solde migratoire devient négatif. Les opérations de logement des années 1990 font la part belle à l’individuel, et une part importante des emménagés récents proviennent de la ville nouvelle elle-même.

En matière d’emploi, le succès de la ville nouvelle est patent, puisque 3 500 entreprises fournissent plus de 80 000 emplois alors qu’il n’y en avait qu’environ 15 000 au départ. Quelques grandes entreprises (Peugeot, SAGEM, Clarins, 3M, SPIE,...) voisinent avec de nombreuses PME. Les activités occupent près de 600 hectares de terrains et 750 000 m² de bureaux. Cette solidité économique qui permet aux emplois de croître de manière endogène dans les périodes difficiles de conjoncture ralentie, résulte de la présence conjointe des bureaux liés au statut de chef-lieu de département, de fortes unités d’enseignement supérieur et de grands équipements commerciaux et de loisirs. Cergy-Pontoise, dont le taux d’emploi global voisine 1, est la ville nouvelle qui présente le meilleur taux d’emploi stable, c’est-à-dire d’actifs résidents travaillant sur place, avec une proportion proche de 50%.

Il convient d’insister enfin sur le caractère universitaire marqué de la ville puisque 20 000 étudiants fréquentent les grandes écoles (l’ESSEC notamment), l’Institut catholique et la nouvelle Université lancée au début de la décennie.

   2.2. L’organisation actuelle

La ville nouvelle est probablement celle dont le périmètre correspond le mieux à une agglomération autonome constituant, au sein de la grande région francilienne, un sous-bassin d’emploi et d’habitat assez bien identifié. Les remarques précédentes sur le taux d’emploi stable et les migrations résidentielles internes en témoignent.

Le Syndicat d’Agglomération Nouvelle (SAN) rassemble 11 communes : Cergy, Courdimanche, Eragny, Jouy-le-Moutier, Menucourt, Neuville-sur-Oise, Osny, Pontoise, Puiseux-Pontoise, Saint-Ouen l’Aumône et Vauréal. Le schéma directeur, actuellement en cours de révision, couvre 5 communes supplémentaires dont 2 au moins participent du développement urbain de la ville nouvelle (Méry et Pierrelaye pour partie). En outre, la ville nouvelle a des impacts à sa périphérie jusqu’à Conflans et Herblay.

L’établissement public d’aménagement (EPA), composé de 77 agents fin 1999, travaille sur l’ensemble du périmètre du SAN et conduit quelques travaux d’études sur une aire plus étendue comme la participation à la révision du SDAU ; sa mission essentielle reste de concevoir les grandes lignes de l’aménagement de la ville nouvelle, de programmer les équipements et de réaliser les zones opérationnelles (maîtrise foncière, viabilisation et cessions de terrains ou de droits de construire). En 1998 comme en 1999, l’EPA a commercialisé plus de 500 logements et environ 20 hectares de terrains pour activités.

En résumé, la ville nouvelle apparaît comme un ensemble urbain équilibré, même si son développement récent donne quelques soucis en raison de la mauvaise conjoncture économique du milieu des années 90 et de la volonté des élus qui a conduit de ce fait à freiner les programmes de logements neufs pour maintenir un bon taux d’emploi.

   2.3. Les enjeux pour l’avenir

Les enjeux actuels restent nombreux quoique d’importance et de nature diverses. Quatre d’entre eux priment sur les autres : le centre-ville, les quartiers en difficulté, l’urbanisation périphérique et, son corollaire, les franges à protéger.

   2.3.1. Le futur centre de l’agglomération

La ligne C du RER est prolongée et atteint le centre de Pontoise dès 2000. L’opération “ gare de Pontoise ” qui démarre a pour objectif de promouvoir un centre à l’échelle de l’agglomération en instituant un parcours urbain entre les deux gares RER de Cergy (ligne A) et de Pontoise (ligne C). L’opération développe un programme mixte de logements, d’activités, de bureaux, de commerces et de services ; l’acquisition récente de la Caserne Bossut par l’EPA en 1998 permettra notamment, sur 15 hectares, d’édifier un quartier relais entre le cœur historique du vieux Pontoise et le quartier d’affaires de Cergy-Préfecture. Cette opération devrait se réaliser sur une dizaine d’années.

   2.3.2. Les quartiers en difficulté

La ville nouvelle qui accueille d’importants programmes d’habitat social conformément à l’une de ses vocations, n’échappe pas aux difficultés inhérentes à certains de ces quartiers. Aussi des actions relevant de ce qu’il est convenu d’appeler la “ politique de la ville ” sont-elles déjà nécessaires en particulier sur Cergy et sur Saint-Ouen l’Aumône. L’EPA intervient à la demande de cette dernière commune sur le quartier de Chennevières ainsi que sur une copropriété dégradée de Cergy.

   2.3.3. Le potentiel d’urbanisation périphérique

Au sein même du périmètre du SAN, il subsiste un potentiel important d’urbanisation à la périphérie de l’urbanisation actuelle. En témoignent le quartier de Liesse sur Saint-Ouen l’Aumône où autour de la toute nouvelle gare du RER C, 2 500 logements et 20 hectares d’activités sont envisageables, les espaces vacants d’Osny où 1 200 logements individuels pourraient être réalisés, ou encore le secteur d’Ecancourt à Jouy-le-Moutier... Ces développements éventuels représentent une dizaine d’années d’activités.

   2.3.4. La protection des franges naturelles

Autour de la ville, des zones naturelles importantes risquent d’être mitées par la pression de l’urbanisation à commencer par le plateau du Vexin, mais aussi la forêt de l’Hautil ou les espaces de la ceinture verte à l’Est. Il convient donc de renforcer les protections et de travailler à l’articulation de ces espaces verts avec la partie urbaine de l’agglomération. L’action attendue dans ce cas relève davantage du rôle d’agence d’urbanisme que joue l’EPA que de sa mission d’aménageur.

  3. Chronologie institutionnelle de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise

1964

Acte de naissance de la ville nouvelle, suite à l’élaboration du premier schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, sur la demande du Général de Gaulle, Chef de l’Etat, et sous la responsabilité de Paul Delouvrier, Délégué Général au district de la région parisienne,.

1968

Constitution d’une Mission d’aménagement, dont le Directeur, Bernard HIRSCH, est nommé par le Premier Ministre Georges Pompidou.

1969

L’Etablissement Public d’Aménagement (EPA), dont Bernard HIRSCH devient Directeur Général, remplace la mission d’aménagement. A la présidence de son Conseil d’Administration, Adolphe CHAUVIN, Maire de Pontoise et Président du Conseil Général du Val d’Oise.

1970

Ouverture de la Préfecture du Val d’Oise et du Centre Commercial Régional.

1971

· Installation de la première entreprise.

· Arrivée des premiers habitants.

· Création du Syndicat Communautaire d’Aménagement (SCA) dont Adolphe CHAUVIN est le premier Président.

1973

Installation de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC)

1975

Hubert RENAUD, Maire de Cergy, devient Président du Conseil d’Administration de l’EPA.

Christian GOURMELEN, Maire d’Osny, est élu Président du SCA.

Jean-Claude DOUVRY est nommé Directeur de l’EPA

1976

Le concours international de la "maison de ville" est lancé pour urbaniser les versants de l’Hautil.

1977

L’Autoroute A15 est inaugurée.

1978

Le concours “ immeuble de ville ” pour le futur quartier de Cergy Saint Christophe est lancé.

1979

La ligne SNCF Paris-Saint Lazare/Cergy-Préfecture est mise en service.

1981

Claude ROBERT est nommé Directeur Général de l’EPA

1984

Le Syndicat d’Agglomération Nouvelle (SAN) remplace le Syndicat Communautaire d’Aménagement (SCA).

Le Premier Ministre Pierre Mauroy inaugure le centre ville.

La ligne SNCF est prolongée jusqu’à la nouvelle gare de Cergy St Christophe.

1987

Pierre LEFORT devient Directeur Général de l’EPA

On fête la millième entreprise à s’implanter à Cergy-Pontoise sous l’égide de l’EPA

1988

La ligne SNCF est connectée sur la ligne A du R.E.R.

1989

Alain RICHARD, Député Maire de Saint Ouen l’Aumône, devient Président du SAN

Isabelle MASSIN, Maire de Cergy, préside le Conseil d’Administration de l’EPA

Jean Philippe LACHENAUD, député-Maire de Pontoise, est élu Président du Conseil Général du Val d’Oise.

1990

Anne-Marie IDRAC est nommée Directeur Général de l’E.PA..

François Mitterrand, Président de la République, inaugure le 18 octobre les jardins sur l’Axe Majeur.

1991

L’Université de Cergy-Pontoise, établissement de plein exercice, est officiellement créée.

1993

François BOUCHARD est nommé Directeur Général de l’EPA

1994

· Le centre du quartier de Cergy-le-Haut accueille ses premiers habitants ;

· Les gares de Cergy-le-Haut et de Neuville Université sont mises en service.

· La première tranche du site Universitaire Saint Martin est livrée.

· L’EPA fête ses 25 ans à la maison de Gérard Philippe.

1995

La dernière phase de la filière Aurore Environnement est inaugurée.

1996

Cergy-Pontoise à son site sur Internet.

Ford rejoint Mercedes et Honda à la cité de l’Auto.

Jackie BRETON, Maire de Vauréal, prend la présidence du Conseil d’Administration de l’EPA.

1997

Les études préalables sur le secteur de la gare de Pontoise sont lancées.

Jean-Louis LINQUETTE succède à Alain Richard, devenu Ministre de la Défense, comme Président du SAN

1998

Prés de 20 000 étudiants de l’enseignement supérieur fréquentent désormais Cergy-Pontoise.

L’EPA acquiert l’ancienne Caserne Bossut à mi-chemin des centres de Pontoise et de Cergy.

Jean-Luc NGUYEN est nommé Directeur Général par intérim de l’EPA.

1999

Gérée pour 5 ans par l’association “ Usines Ephémères ”, la caserne Bossut devient un lieu de vie culturelle, dédié à l’accueil d’artistes plasticiens, d’ensembles musicaux, de compagnies théâtrales, etc …

Patrick JEANJEAN est nommé directeur Général de l’EPA.

2000

La ligne C du RER prolongée jusqu’à Pontoise est mise en service.

Un séminaire de travail sur le devenir du Plateau Saint-Martin, territoire comprenant la Caserne mais aussi ses abords, le quartier Préfecture et le futur quartier Gare de Pontoise est mis en place.

  4. Chronologie morphologique de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise

1970

Préfecture du Val d’Oise

Centre Commercial Régional des 3 Fontaines

1971

Installation de la Sagem, toute première entreprise

1972

Quartier de Cergy-Préfecture (îlot les Plants). Arrivée des premiers habitants

1973

Quartier de Cergy-Préfecture. Installation de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC)

1977

Quartier d’Eragny et son centre de La Challe.

Arrivée des premiers habitants.

1978

Jouy-le-Moutier, Inauguration du centre de quartier des Eguerets

Cergy Saint Christophe, lancement du concours “ immeuble de ville ”

1979

Ouverture des centres d’animation culturelle et administratif de l’agglomération.

1983

Quartier de Cergy Saint-Christophe : achèvement de l’îlot central (la Bastide)

1986

Achèvement de la Tour Belvédère, premier élément de l’Axe Majeur.

1988

Installation du siège de Spie-Batignolles, dans le parc Saint-Christophe.

1989

Port-Cergy, en bord d’Oise, début de réalisation

Erection des 12 colonnes de l’Axe Majeur grâce à 24 entreprises mécène de Cergy-Pontoise.

1991

Quartier gare de Cergy-le-Haut, approbation des orientations d’urbanisme

1992

Inauguration de la pyramide des étangs de Cergy-Neuville, l’une des douze "stations" de l’Axe Majeur

1993

Site universitaire des "Chênes", premiers étudiants

1994

Cergy-le-Haut, centre du quartier, premiers habitants

Mise en service des gares de Cergy-le-Haut et de Neuville Université

Livraison du site Universitaire Saint Martin (1ère tranche).

1997

Quartier de Liesse, approbation du Plan d’Aménagement de Zone (PAZ)

1998

Site de Neuville, poursuite des constructions universitaires

L’E.P.A. acquiert l’ancienne Caserne Bossut

1999

Cergy Préfecture, ouverture de la bibliothèque universitaire